AMENER LES PSITTACIDES A SE REPRODUIRE

  • AMENER LES PSITTACIDES A SE REPRODUIRE

    AMENER LES PSITTACIDES A SE REPRODUIRE

    Le choix des futurs reproducteurs, cet élément est primordial et ne doit pas être pris à la légère. C’est en effet de ce choix que dépendra la réussite dans l’élevage, ou au contraire qu’arriveront les déboires

     

    Comment choisir ses reproducteurs ?
    Il est préférable d’acquérir de jeunes oiseaux, les jeunes non matures acceptent plus facilement le partenaire qu’on leur propose et s’habituent plus vite à leur nouvel environnement.

     

    La tentation peut être grande d’acheter un couple adulte soit disant reproducteur ceci en particulier pour les espèces demandant plusieurs années avant de pouvoir reproduire. C’est rarement une bonne occasion car on se défait rarement d’un bon couple reproducteur. De tel oiseaux ont peut être développé de mauvaises habitudes, comme de casser les œufs ou tuer les jeunes.

     

    Il est évident que des oiseaux qui ne sont pas en parfaite condition auront beaucoup de mal à élever les jeunes. La santé doit être une préoccupation constante tout au long de l’année et non uniquement en période d’élevage. Ce que vous faites en période de repos aura forcément des répercussions sur la suite des événements.
    Bien entendu le régime alimentaire sera moins riche pendant la période de repos et sera progressivement enrichi pour préparer les oiseaux à la lourde tache d’élever une famille.

     

    Si les oiseaux sont logés en cage pour l’élevage, il est bon de pouvoir disposer d’une volière en dehors de cette période, d’une part pour éliminer l’excès de graisse accumulé en espace réduit, et d’autre part pour pouvoir s’ébattre d’avantage. Attention aux oiseaux obèse qui auront un handicap sérieux pour s’accoupler. On peut utiliser contre l’excès de graisse de l’océcholine qui est un protecteur hépatique (10ml / l d’eau 2 fois par semaine).

     

    Dans la nature les partenaires peuvent se choisir, c’est rarement le cas en captivité. Seul l’élevage en colonie, quand cela est possible, laisse le choix aux oiseaux. Les jeunes sont beaucoup plus compatibles que les oiseaux adultes. Il est donc préférable de former des couples avec des jeunes. Dans le cas de formation de couples avec des oiseaux adultes quelques précaution doivent être prisent, principalement chez les grandes espèces qui peuvent se révéler agressives. dans ce cas il est plus prudent de loger deux futurs partenaires dans des volières contiguës pendant quelques temps avant de les rassembler, ou bien les placer dans une volière que les deux oiseaux ne connaissent pas ce qui leur permettra de faire d’abord connaissance des lieux, plutôt que de penser à s’agresser.

     

    Ne jamais introduire de jeune femelle dans la volière d’un male adulte, inversement dans le cas d’un coule d’eclectus puisque là c’est la femelle qui domine.

     

    Le logement à moins d’influence dans le cas des oiseaux domestiques, pour les autres espèces les volières doivent être suffisamment longues. Mais le point le plus important n’est pas la grandeur mais l’environnement. Des espèces calmes logées à coté d’espèces bruyantes et nerveuses seront perturbées. Les males pouvant se chamailler à travers le grillage de la cloison Dans ce cas des cloisons pleines sont indispensables pour séparer les couples. A l’opposé deux coules de la même espèce ou du même genre logés à quelques intervalles et qui peuvent s’entendre peuvent se stimuler mutuellement. Attention au lampadaire de rues allumées toute la nuit.

     

    Chaque espèce a ses exigences quand au type de nid, les espèces domestiques s’adaptent facilement à un nid boite traditionnel. D’autres ayant encore de forts instinct sauvages désireront une buche évidée plus proche du nid naturel. D’autres espèces demanderont quelques petits artifices, comme un petit tunnel avant d’entrer dans le nid, ou besoin de matériaux pour édifier celui-ci. Généralement les psittacidés préfèrent que le nid soit accroché le plus haut possible et souvent dans la partie la plus sombre.

     

    Certains couples refusent quelquefois un nid dans la partie abritée au profit de la partie extérieure de la volière. On se doit donc de proposer différent types de nids disposés à différents endroits. Le nid étant un facteur stimulant, il est préférable de le retirer en dehors de la période de reproduction. Toutefois bien se renseigner lors de l’acquisition d’une espèce car certains oiseaux dorment dans le nid, et pour d’autre le nid fait parti du mobilier. En règle générale ce sont les espèces sud américaines qui dorment dans le nid.

     

    Un autre facteur important déclenchant la reproduction est l’augmentation de la durée du jour. Le problème est différent en région tropicale ou l’éclairement est constant toute l’année. L’élévation de la température quotidienne intervient également.

     

    Certains couples demanderont plusieurs années avant de se décider à procréer. De même il ne faut pas se séparer d’un couple ayant échoué à sa première tentative de reproduction.

     

    La patience est une vertu que doit posséder tout éleveur. L’observation régulière de ses oiseaux doit permettre de mieux les comprendre et de modifier les éléments perturbateurs.

    Comments are closed.